communiqués et dossiers de presse
> Premières sculptures de retour de plage
> Photo d’équipe en ce premier juillet pluvieux
Ils sont tous là les bénévoles pour commencer ce fabuleux travail de collecte de déchets dont certains serivront pour créer de jolies œuvres
> Terracycle, notre partenaire nous a livré de grands sacs
De grands sacs pour le ramassage des plastiques, qui vont être recyclés par Terracycle.

> Premier ramassage en ce samedi 1er juillet
Samedi 1er juillet 2017 Saint Côme de Fresné – Normandie

Le maire Bernard Kermoal et l’artiste VanLuc, Présient du Festival de la pluie sont arrivés de bonne heure ce samedi au pied du poste de secours de la plage de La commune.

Une matinée pas comme les autres se prépare ce samedi.

On attend plus de 60 personnes pour nettoyer la plage ce matin ; petits et grands prêts à en découdre avec les déchets plastiques, le caoutchouc et autres filets de pêche abandonnés par une profession qui apparemment ne peut pas s’empêcher de se compromettre ici.

Chaque année, le maire le précise cette matinée est organisée d’une manière plus officielle et qui se termine par une soirée sur la plage auréolée d’un feu d’artifice multicolore

Le Festival de la pluie, pour sa 7ème édition a décidé de créer, d’imaginer, des œuvres d’art composés à partir de déchets.

L’artiste VanLuc s’y colle et travaille sur une toile montée sur châssis grand format. Une Vache de® Déchets verra le jour à la fin de cette matinée bien énergique.

Quels sont les déchets ?
Principalement du plastique, des filets et des caoutchoucs provenant de la zone artisanale voisine. Les professionnels en sont conscients mais que faire ? D’ailleurs les bacs mis à disposition sont prêtés par l’entreprise ostréicole de la ville qui s’engage à nos coté précise le Président du Festival.

Où vont ils une fois ramassés ?
Nous avons signé un contrat avec Terracycle une société du Groupe Suez qui utilise le plastique pour refabriquer de la matière première sous forme de billes. Les industriels commencent à prendre conscience de ce fléau et injecte dans leur process de fabrication cette nouvelle matière, issu uniquement du plastique ramassé sur les plages.

Les autres déchets sont apportés à la déchetterie par les bénévoles ou par les services de la mairie.

Nous récupérons pour le Festival de morceaux de plastique, des bouts de déchets, colorés des bouchons, des filets et les artistes composeront de nouvelles créations tout l’été un vrai pari !

Rendez vous Tous les mardis au club de tennis d’Arromancheà 14heures

pour de nouvelles aventures…

> Mais que faut il faire ? Mais que faut il dire ? Sur quel ton faut il le chanter ?
Qui sont donc ces personnes qui ne se préoccupent pas de leur environnement et surtout pas de celui des autres?
Qui ne culpabilise pas encore en 2017 en jetant son mégot par la fenêtre d’abord, puis en oubliant sa canette sur la plage, ou se moquant royalement de son moteur diesel qui tourne bruyamment devant la boulangerie ouverte? Qui?

Quelle sorte d’entreprise peu responsable se dit que c’est comme ça et qu’on ne peut pas faire autrement?
Et que c’est toujours la faute des autres.

Mais qui sont ils ? Où vivent ils? Où sont les coupables ?


Nous le savons tous, on les connait, on les supporte, on vit avec et on ne peut pas s’empêcher de fermer sa porte en se disant ça ira peut être mieux demain
Il y a bien quelqu’un qui va faire le ménage là juste devant chez moi, juste dans ma rue, juste dans ma ville, juste dans ma vie.


Et bien non! Ce temps est terminé.

Les choses bougent quand on les fait bouger, quand on éteint son PC, sa TV, sa machine à laver, son robot, son téléphone portable, que l’on marche un peu, que l’on croise notre voisin, lui le coupable lui l’irresponsable qui se dit d’ailleurs exactement la même chose de nous.

Ah! si seulement nous pouvions tous prendre conscience de l’urgence écologique !
Cette prise de conscience, cet acte de faire, de se prendre en main est sans doute la seule et unique solution de s’épanouir enfin et de donner le bon exemple aux générations qui arrivent.

Ah! Qu’il serait doux que ce message passe entre les lignes et que notre quotidien ne soit plus le seul fautif et la seule excuse à notre inaction.


J’ai vu ces retraités sur la plage lundi après-midi un sac recyclable dans une main, un déchet dans une autre, agiles, tenaces, rigoureux, positifs et
prêts à en découdre avec les bouteilles plastiques éventrées, les filets multicolores entremêles, les restes de tongs et autres packagings colorés.
Je les ai vus, entendus ronchonner, pestant contre l’ampleur de la tâche, mais ardemment convaincus qu’il faut agir maintenant. Merci.

Oui c’est bien un Festival de déchets qui s’annonce là,
shampouiné par la mer, détruit en milliards de particules, que nous respirons les soirs sans vent de grands embouteillages ridicules.

La mer irréductible dans son va-et-vient métronome nous appelle, nous le dit, nous le chante sur tous les tons

C’est maintenant que les déchets doivent disparaitre « d’art d’art »
quitte à en faire un festival… sous la pluie.


Vanluc Nghiemphu
Président du Festival de la pluie.
> Le Festival de la pluie c’est quoi aujourd’hui ?
Le Président de l’Association Grand EcArt VanLuc Nghiemphu prend la parole et répond à nos questions…

Quand nous avons créé le Festival en 2009, pour un été inoubliable en 2010, nous étions une bande d’amis complétement passionnés par les images, les peintures, les sculptures, mais aussi par la communication et l’étendue de notre territoire. Nous voulions présenter dans le Bessin et sur les plages de cette région du monde, notre vision de l’art Contemporain.

La force était notre conviction inébranlable. Oui nous pouvions transformer cet espace Normand en un terrain de jeu d’expression artistique. Il suffisait d’y croire.
Et nous l’avons fait pendant 5 ans. Le Festival de la Pluie est devenu un nom.

Et aujourd’hui ?
Toute association pour durer dans le temps doit être motivée et responsable.
Nous n’échappons pas à la règle.
Nous avons des partenaires formidables qui depuis le début du Festival croient en notre action, mais d’autres se lassent ou passent au suivant en fonction des désirs du moment.
En prétextant toujours que les budgets ne sont plus ce qu’ils étaient…

Les élus eux aussi sont perplexes, mais nous suivent encore quand le projet leur paraît réalisable et utile à leurs yeux pour les différents publics qui séjournent ici quelques temps. Mais sont-ils vraiment à la hauteur ? Et ont-ils vraiment compris le sens de notre action ?

La vraie impulsion artistique, celle qui mobilise qui transcende les populations, qui éveille les âmes, qui change les mentalités, n’est pas encore au rendez-vous.
Et personne ne semble avoir conscience du monde dans lequel on vit.

De quel monde parlez vous ?
Il suffit d’allumer sa télé ou de se connecter sur les réseaux sociaux pour voir que le monde est bel et bien en grave crise.
Le début de l’année marqué pas ces assassinats en plein Paris, des déséquilibrés en manque d’identité qui se suicident en s’écrasant sur les montagnes, des guerres qui n’en finissent pas, des hommes et des femmes de l’autre côté de la mer qui cherchent désespérément à fuir la haine et la mort et cherchent en vain une main tendue, un refuge, le temps d’une reconstruction et l’Europe qui refuse de comprendre, ajoutent au climat ambiant le goût âpre d’un malaise sans fin.

Voilà je parle de ce monde là.

Votre Festival a un rôle à jouer selon vous ?
Je n’ai pas la prétention de pouvoir changer quoi que ce soit. Mais je voudrais bouger dans le bon sens.
Rendre hommage aux civils comme aux soldats morts ici sur ces plages il y a 70 ans nous semblait une belle action.
L’année dernière nous étions unis, tous sur Le 449 pour le couvrir de carrés de laine et nous regardions ensemble la fresque magnifique de Jef Aerosol et Decaroline sur la façade du Mémorial de la Paix à Caen.
C’était beau et intense, les adhérents nous en parlent encore et nous demandent la suite…

Le Festival de la pluie était déjà en train de prendre une autre voie. Mais que faire de plus symbolique et de plus fort ?

Et comme je dis toujours à mes enfants quand il n’y a plus d’espoir, il reste la chance…

La chance ?

Oui nous avons reçu un mail des Nations Unies en Mars 2015

J’ai rencontré les responsables et Hauts commissaires aux réfugiés à Paris et tout s’est mis en place rapidement. La motivation était revenue. Et si le Festival de la Pluie devenait un des ambassadeurs des justes causes, en mixant création artistique et symbole de liberté ?

Je suis d’origine Vietnamienne mon père est arrivé en France un été 54 et la France est devenue son pays.

La cause des réfugiés, même si l’époque n’est pas la même, est l’histoire de notre nom de famille, nous avons décidé de participer avec ma femme Caroline à la Journée Mondiale des réfugiés le samedi 20 juin et c’est une chance.

Et cet été le Festival comment vous l’organisez ?
Ah surprise…
Je vous donne Rendez- vous le samedi 11 juillet sur la plage d’Arromanches.
Nous sommes certains que le public répondra présent à nos averses de créations

Festival de la Pluie oblige.
> ARCHIVE 2014- Joli portrait animé du caisson 449 à apprécier en musique
Yves Boudier met à notre disposition ce moment poétique que nous vous invitons à regarder et à partager.

> ARCHIVE 2014- Vous avez 15 minutes…
…Vous ne le regretterez pas !
Regardez et admirez le merveilleux reportage que la jeune Lola a réalisé depuis plusieurs mois. Cette video est sur sa chaîne Youtube intitulée Lola dans la salle de bains. Emprunt de poésie et de fantaisie, on reconnaît la patte d’une future cinéaste.

> ARCHIVE 2014- Video à ne pas rater
Prenez de l’altitude et découvrez cette magnifique video réalisée par le studio Asabird et son drone… Tout simplement magique.

> ARCHIVE 2014- Prouesse collective sous le soleil
Dès 11 h les bénévoles se sont mis en action : charrier les rouleaux de carrés de laine jusqu’au ponton 449. Sous un soleil radieux, Charles Valette et son équipe, les bénévoles (menés de mains de maîtres par Catherine et Koen) Marie-Aymeric, Hélène Goujou, VanLuc, Olivier, Alexandre, Maxime, Julia et les autres… ont sans relâche posé et attaché les 21 000 carrés de laine. Les tricoteuses sont venues nombreuses voir leur œuvre, essayant de reconnaître les carrés qu’elles avaient tricotés, les familles, les touristes de passage, les curieux… ont tourné autour de ce magnifique ponton assistant à son habillage progressif. Le videaste Asabird épaulé de son Drone n’a rien raté, la jolie Lola a bien sûr filmé quelques moments magiques, nos photographes dont Serge Visière, Michel Deshaye, Dominique Luce et Pascal Guilloux s’en sont donnés à cœur joie jonglant entre le 449 et le MUR qu’habillait Guillaume Guibert. Vers 17 h tout était en place, les carrés magnifiquement ficelés… La mer pouvait commencer à monter.

> Autres dates
   à ne pas manquer
27 avril 2017 : Hubert et sa pipe, Océane et ses tongs | Quand des enfants jouent aux apprentis artistes pour la bonne cause…
16 mai 2017 : Quand les pêcheurs ramassent | C’est bientôt à votre tour
1 juillet 2017 : Premier grand rendez vous à Saint-Côme de Fresné | A vos sacs, à vos créations…
4 juillet 2017 : Premier mardi de la récup | RDV au club de Tennis d’Arromanches 14 heures
11 juillet 2017 : Les mardis de la récup | RDV à 14 H chaque mardi à la Grange aux Dimes - Asnelles
13 juillet 2017 : Installation de la fresque de Decaroline à Saint-Côme de Fresné | Venez admirer la fresque de Decaroline sur le talus face à la mer…
13 juillet 2017 : du 13 juillet au 17 septembre, J-Michel Jego expose à la ferme de la Rançonnière | Ne manquez pas cet artiste dans le superbe espace de la ferme de la Ranconnière à Crépon
18 juillet 2017 : Les mardis de la récup | RDV au club de Tennis d’Arromanches 14 heures et à Asnelles
20 juillet 2017 : atelier Attia / VanLuc sur la digue | Ne ratez pas l’atelier de ces deux artistes à Asnelles
27 juillet 2017 : Arromanches - événement à ne pas rater | Il se passera quelque chose à tout moment de la journée à Arromanches.
2 août 2017 : Initiation à la sculpture par l’artiste Marc Taupin | Grange aux Dimes - Asnelles
4 août 2017 : Atelier créatif La Calvadosienne à Meuvaines | Que peut-on faire avec des élastiques ramassés sur les plages ? un RDV à ne pas manquer
12 août 2017 : La fresque de Decaroline sera visible à partir du 12 août à Arromanches… | Decaroline se déplace sur la commune d’Arromanches pour le plus grand bonheur de tous…
18 août 2017 : Atelier Jean-Philippe Burnel - Arromanches | Ne ratez pas L’artiste Jean-Philippe Burnel qui réalisera des ateliers
22 août 2017 : Sauvons un max de mégots à Arromanches ! | RDV au club de Tennis d’Arromanches 14h30
16 septembre 2017 : Grand final de cette édition 2017 | Un week end sportif et culturel